Deux Planètes : Callymède, la Terre. La première est merveilleuse, la deuxième sombre dans le désespoir. Venez les aidez en incarnant un des leurs sur ce forum RPG !


    "You have to fight through some bad days to earn the best days of your life." [Taholine-Blaze]

    Partagez
    avatar
    Taohline

    Messages : 6
    Date d'inscription : 07/03/2017
    Age : 14
    Localisation : Peut être ici, peut être là ...

    "You have to fight through some bad days to earn the best days of your life." [Taholine-Blaze]

    Message par Taohline le Mer 15 Mar - 21:19

    Cela faisais que quelque jours que tu étais élève a l' Academie, c' étais un soir a la fin des cours tu étais la dernière a sortir comme d' habitude . Cette journée avait plutôt mal commencé avec d' affreux resultat dans presque toute les matières. Le couloir était dessert tu repassais aux casiers pour prendre ta cape. Quand tu entendis de petits sanglots derrière poteau tu frissonna des petits pleurs dans un grand silence, quand tu était petite on te racontée des histoires de fantôme qui te terrifier ! Tu te dirigeas dans la direction des pleurs a pas de loup. Tu t' attendais a une fille qui pleurait parce que son copain l'avait quittée ou un truc dans se genre. Mais nom c 'était un garçon qui avait a peut près le même age que toi, les cheveux rouges et la peau si blanche qu'il semblais mort il pleurait, roulée en boule. Tu eu une envie subite de partir en courent chez toi sans te retourné . Mais tu ne pouvais pas le laisser comme ça, tu étais dans le même cas quelque moi plus tôt seul, en larme et perdu. Tu t'avanças timidement de quelque pas et pencha la tête légèrement sur le côté.
    " Ehh... Ça va ? Tu as besoin d'aide ? "
    avatar
    Blaze
    Co-fondatrice et codeuse Balty
    Co-fondatrice et codeuse Balty

    Messages : 16
    Date d'inscription : 24/02/2017
    Age : 14
    Localisation : Pas là ~~

    Re: "You have to fight through some bad days to earn the best days of your life." [Taholine-Blaze]

    Message par Blaze le Jeu 16 Mar - 18:05

    Tiiiiiiiiiiiiiiiii

    Tiens, la sonnerie vient de retentir. Le bruit fort et puissant de la sonnette te fait sursauter. Tu relèves ton nez de ton cahier de mathématiques, et fourres tes stylos dans ta trousse noire de jais. Tu passes une main dans tes cheveux écarlates en bataille, et avec soin, tu mets toutes tes affaires dans ta sacoche en cuir. Tout les élèves, à l'entente de la sonnerie, était partis à vive allure, comme s'ils étaient auparavant emprisonnés, et qu'on leur rendait leur liberté. Après un capharnaüm époustouflant, la salle retrouve son flegme doux et limpide. Le professeur, Mr Myst, un homme Callymèdien à la carrure plutôt carrée, range lui aussi ses outils de travail. Tu te lèves de ta chaise, et enfiles ta sacoche sans bruit. Tu commences à marcher lentement vers la sortie, lorsque tu perds l'équilibre, et te rattrapes difficilement à quelque chose. Ce n'est pas le mur auquel tu t'es accoudé, c'est ton professeur qui t'a rattrapé à temps. Il te jette un coup d'oeil bref, avant de te déclarer :

    "Qu'y a-t-il depuis quelques temps déjà ? Votre cerveau est tellement embrumé que vous mélangez les chiffres. Vous étais mon meilleur élève Blaze, ressaisissez-vous. J'avais prévu de vous faire passer un concours, je suis déçu. Je vais demander à quelqu'un d'autre de le passer à votre place. Répondez. Que se passe-t-il ?"

    Ton regard se brouille de larmes. Tu ne peux pas lui dire. Pas après qu'il t'ait dit que tu n'avais plus ta place au concours. Tu t'y es préparé en plus, tu as redoublé d'effort. Tu balbuties à grand peine :

    "N-Non ! Vous ne pouvez pas me faire ça. S'il vous plaît, je serais meilleur. Je vous le promets. Ne gâchez pas ma chance de réussir. Je vous en supplie, monsieur ..."

    Ton regard se pose sur ton professeur, qui, de son flegme imperturbable, te dévisage. Mr Myst te déclare :

    "Ce qui est fait est fait Monsieur Kelehst. J'espère que vous m'avez compris, je ne le répéterais pas. Vous étiez brillant, mais ce temps-là est révolu maintenant. Partez."

    Ta vue se brouille sous les sanglots écrasants. Tu t'en vas en courant, sans même saluer le professeur. Tu claques bien la porte derrière toi, avec une violence sans pareil. Ce n'aurait été que de toi-même, tu aurais déjà brûler le bâtiment tout entier. Tu te retrouves nez à nez avec une personne que tu ne reconnais que trop bien. Une lueur de peur dans les yeux, mais aussi de colère et de tristesse, tu observes ton harceleur te dévisager. Un ricanement s'échappe du sourire mesquin du jeune homme, qui s'empresse de te plaquer à un mur. Une sueur froide te coule dans le dos, ainsi que de chaudes larmes sur tes joues. Le ton glacial et tranchant du vil personnage te fige sur place :

    "Alors, on chiale fillette ? Ô, pauvre de toi, tu t'es fait carrément éjecté de ta place au concours. Mais ne t'inquiète pas, avec moi inscrit à cette compétition, cette école est sûre de gagner, contrairement avec toi."

    Tu tentes de te débattre, même si tu sais tes gestes désespérés. Il t'empoigne par le col, et te soulève du sol. Il articule mielleusement à la suite :

    "Sois pas jaloux, t'es minable. J'aime pas comment tu me regardes, viens par là, tant qu'il n'y a pas de témoins."

    Il te traîne avec une poigne violente, te portant quasiment jusqu'à un angle de la salle des casiers. Il te balance dans le coin sombre avec aucune douceur, et tes larmes affluent encore plus. Tu lâches un sanglot entre tes mâchoires, et l'autre ne trouve pas mieux que de ricaner. Tu te recroquevilles dans un coin, les yeux écarquillés d'une frousse hors du commun. Avec virulence, le jeune homme aux carrures de footballeur américain t'assène un puissant coup de pied dans l'estomac. Ton corps tout entier tressaille à ce contact douloureux, puis se rétracte. L'autre fait mine de chercher quelque chose dans ses poches, puis affiche une moue désolée avant de répliquer :

    "Oh, désolé, j'ai oublié mon cutter à la maison. C'est dommage, j'aurais bien aimé raser ta tignasse rouge, tu aurais été tellement mignon. J'ai pas que ça a foutre, je me tire, et t'as intérêt à répéter à personne ta légère mésaventure. C'est compris, Mister Hippopotame ?"

    A ces mots, tes sanglots redoublent. Pourquoi te traite-t-il de cet animal énorme ? Tu as pourtant bien maigri ... Maigri ? Toi ? Laisse moi rire, il a bien raison de te dire ça ! Comme toujours, tu cesses tes pensées pour faire signe à la voix qu'elle a raison. Une marque de respect pourrait-t-on dire. Le jeune homme t'adresse un sourire narquois, avant de partir, les mains dans les poches, sa cape toujours bien lisse flottant au vent. La douleur au ventre se transforme vite en crampe insupportable, qui te donne clairement la nausée. Soudain, tu aperçois une fille s'approcher. D'une voix claire, elle se posté devant toi et te dit :

    " Ehh... Ça va ? Tu as besoin d'aide ? "

    Une main sur ton ventre, un gémissement perçant à travers tes mâchoires serrées, tu dévisages ton interlocutrice. Ses longs cheveux noirs bouclés descendent en cascade sur ses épaules frêles. Ses yeux bleus lagons te transpercent avec douceur. Douceur ... Tu ne connais pas ce mot. Tu sais juste les mots de ton quotidien, violence, brutalité, souffrance. Tu prends une bouffée d'air qui te déchire les poumons après le coup que t'a donné l'autre. Tu articules avec difficulté, en un gémissement douloureux :

    "Je vais tr-très bien. J-je n'ai pas besoin d'aide."

    Tu es pris d'une quinte de toux. Maudit souffle, tu y as toujours été très sensible, voilà qu'il trahissait tes maux et paroles. Tu fermes les yeux dans l'espoir de trouver un peu de soutien du côté de la voix, mais elle s'est éteinte. Te voilà seul, seul avec cette fille et ta souffrance à l'estomac. Il ne t'avait pas loupé, la douleur est si vive, qu'elle te parcourt tout le corps. Forcément, quand on frappe un squelette ...
    avatar
    Taohline

    Messages : 6
    Date d'inscription : 07/03/2017
    Age : 14
    Localisation : Peut être ici, peut être là ...

    Re: "You have to fight through some bad days to earn the best days of your life." [Taholine-Blaze]

    Message par Taohline le Ven 17 Mar - 8:28

    Il lève la tête vers toi ses yeux bicolore se noient dans les larmes, il ferme les yeux puis les rouvres doucement comme pour mieux voire ses démons. Portent sa main frêle  a son ventre il te lâches entre deux gémissements de douleur .
    "Je vais tr-très bien. J-je n'ai pas besoin d'aide."
    Se garçons doit visiblement te prendre pour une idiote, si lui n' est pas souffrent toi tu es un cochou. Mais tu ne peut malheureusement pas abandonnée comme ça a son triste sort  se serait pas digne de toi. Il fait bien pêne a voir sa peau est couverte de bleus, ses cheveux rouge sont en batailles, il tremble comme une feuille au vent, ses lèvres sont violets, sont ample tunique autrefois jaune se tinte d'une couleur rouge sang au nivaux du ventre. Mauvais singe. Ta montre indique dix-sept heure trente  l' Academie ferme dans dix minutes il faut faire vite si tu ne veut pas te retrouvé enfermée dans l'école.  Tu t' accroupie a cotée de lui comme tu l'aurait fais pour un petit animal blessée. Tu soulèves son bras délicatement pour mieux voir sa plaie, il se liesse faire comme une poupée de chiffon, un petit trou dans sa tunique laissent apparaître a ta vue une peau meurtrie et blanche comme neige. Il lui fraudais allée a l' infirmerie pour se faire soignée mais celle-ci doit être fermé depuis bien une heure... Tu sort de ta petite besace en tissu vert une petite  bouteille de jus de pierre terreuse et des mouchoirs . Tu lui tend la petite bouteille qu'il prend en tremblent, et déplie deux mouchoirs a basse de soie d' Araignée Gente. Tu demande un peu gêne :
    "  Il fraudais que j'appuie sur ta plaie pour arrêté le saignement... Je peux ?"
    avatar
    Blaze
    Co-fondatrice et codeuse Balty
    Co-fondatrice et codeuse Balty

    Messages : 16
    Date d'inscription : 24/02/2017
    Age : 14
    Localisation : Pas là ~~

    Re: "You have to fight through some bad days to earn the best days of your life." [Taholine-Blaze]

    Message par Blaze le Jeu 23 Mar - 17:59

    Une main posée sur ton ventre pour tenter d'atténuer la douleur, ce qui est chose impossible. Ta peau parsemée de bleus innombrables fait bien peine à voir, tu voudrais juste épargner un tel spectacle à la jeune fille à tes côtés. Tes lèvres violacées se mettent à trembler avec violence, mais il n'y a pas qu'elles, tu trembles en vérité de tout tes membres compris. Un nouveau gémissement exténué et douloureux franchit la barrière de tes lèvres. Tu observes la jeune fille écarquiller les yeux devant ton ventre. Tu es gros ? Tu regardes à ton tour, et avec grand soulagement découvre que ce n'est que du sang qui tâche ta tunique jaune. Tes yeux bicolores se figent aussitôt sur la jeune fille, comme si le temps s'était soudain arrêté, et que tu n'arrivais pas à décrocher ton regard terne et vide de celui bleu lagon de ton interlocutrice. Dix-sept heures trente indique la grande horloge dans l'angle du couloir. Dix minuscules minutes avant de devoir rentrer à la maison. Tu ne peux pas rentrer ainsi, ton frère et ta soeur te demanderaient aussitôt qu'est-ce qu'il t'était arrivé. Et ton secret serait dévoilé au grand jour, surtout s'ils te soignaient par la suite, ce qui est grand probable. Ils verraient ta maigreur à faire peur, tes coups et blessures, les larmes de douleur dans tes yeux. La mâchoire crispée, tu laisses la jeune fille se mettre accroupi à côté de toi, avec une douceur incarnée. Elle soulève ton bras qui reposait auparavant sur ton ventre. Tu te laisses faire et ne cherche pas à te débattre. De toute façon, tes forces t'ont quitté, abandonné. Encore une fois, inlassablement rejeté. Comme toujours à vrai dire. Tu n'es qu'une misérable ordure qui n'est que bonne à jeter à la poubelle selon la mentalité des autres. Encore une fois, tes pensées acidues font redoubler tes larmes et ta souffrance. D'une petite besace verte émeraude, la jeune fille sort une bouteille de jus de pierre terreuse ainsi que des mouchoirs. Tu la remercies silencieusement. Heureusement qu'elle n'a pas cherché à aller à l'infirmerie. Elle te tend soudain la bouteille emplie de boisson, et sans te le faire dire deux fois, tu attrapes avec faiblesse celle-ci. Elle déplie les mouchoirs en soie de toile d'araignée géante, puis te demande quelque peu gênée :

    "Il faudrait que j'appuie sur ta plaie pour arrêter le saignement ... Je peux ?"

    Tu acquiesques faiblement de la tête, avant de t'engager dans la conversation. Tu lui demande avec un petit sourire en coin que tu veux assuré :

    "Oui, merci ... Je sais que ce n'est pas vraiment le moment de te demander ça, mais tu es qui ? J'ai besoin de savoir l'identité de ma sauveuse, vois-tu."

    Ta bouche s'élargit en un sourire narquois. Qu-Quoi ? C'est la première fois que tu souris vraiment depuis ce qui t'es arrivé. Ne me dis pas que tu es sous son charme ! Et alors ? C'est vrai quoi, cette fille est sérieusement pas mal en plus d'être douée pour soigner les gens. Tu ne sens presque pas le mouchoir contre ton ventre, même si tu sens quand même la douleur, et que tu ne manques pas de grimacer sous le coup du ressenti. Soudain, celle-ci se fait plus vive, et tu tressailles sous la violente souffrance qui t'assaille. Tu glisses un peu plus sur le sol dur et froid de la salle des casiers, sans pour autant lancer un juron. Soudain, ton regard s'enfonce dans celui de ta sauveuse, et tu aperçois au fond de ce bleu lagon chaleureux une pointe d'un sentiment dont tu ne pourrais mettre le nom. En même temps, tu n'es pas empathe, juste pyrokinésiste. D'ailleurs, ton pouvoir, tu n'arrives plus à l'utiliser depuis que tu enchaînes conneries sur conneries. Tu ne peux même pas faire apparaître une minable étincelle au bout de tes maigres et osseux doigts. À croire que toute force t'a quitté, physiquement et mentalement ...

    Ton pouvoir s'est juste enfoui trop loin en toi,
    Dans de sombres abysses imperceptibles sauf pour moi.
    Toutes ces stupides choses ne te mèneront à rien,
    Tu ne te bats pas pour une simple liberté,
    Tu laisses ton corps sombrer, préférant être pantin,
    Mais moi je peux t'offrir ce désir d'être vengé.
    Viens, donne ton plus beau sourire, pars avec moi,
    Ne le sais-tu pas, que c'est moi, la gentille voix ?

    Gentil, méchant. Des voix dans ta tête, elles tourbillonnent et ne cessent de jaqueter. Je suis gentille, elle est méchante, écoute-moi ! Une forte migraine assaille ton esprit, les voix te mitraillant le cerveau à une vitesse spectaculaire. Tu es schizophrène ? Tu lèves de grands yeux exorbités vers la jeune fille, et tu pousses un léger gémissement :

    "Taisez-vous ! Ma tête ..."






    [OUAIS ! Alexandrin en rimes pour ce petit poème composé par moi hihi
    Blaze est vraiment schizo, ça craint en vérité :(]
    avatar
    Taohline

    Messages : 6
    Date d'inscription : 07/03/2017
    Age : 14
    Localisation : Peut être ici, peut être là ...

    Re: "You have to fight through some bad days to earn the best days of your life." [Taholine-Blaze]

    Message par Taohline le Ven 24 Mar - 19:47

    D'un petit et faible mouvement de la tête il acquiesce. Une main hésitante tu appuie  sur sa plaie. Sa peau te parait toute fine tu a l' impression qu'il pourrait se briser en mille morceaux. Ses yeux cernés de violet me regardent intensément...  Un petit sourire en coin et d'une voix mal assurée il te demande gentiment :

    "Oui, merci ... Je sais que ce n'est pas vraiment le moment de te demander ça, mais tu es qui ? J'ai besoin de savoir l'identité de ma sauveuse, vois-tu."



    Un petit sourire narquois sur ses lèvres violettes te montre qu'il se moque vraiment de toi. Sans blague sa sauveuse! Toi tu étais juste là où il le fallait au bon moment... Rien de plus rien de moins. Il faut pas exagérer tout de même. Et-puis ton nom tu ne peut pas lui dire. Tu ne dois peut pas le faire pour ta propre sécurité car si jamais quelqu'un venais a connaitre ta véritable identité tu devrait partir de cette ville. Mais juste un nom... Ce n'est pas grand chose? Tu hésites bien sûr, tu a envie de te faire des amis comme tout le monde à ton age. Mais toi ne peux pas c'est comme ça un nom c'est beaucoup trop. Ses yeux bicolores plonge dans les tiens tu lui offre un de tes rares sourires. Puis soudain il se tord de douleur en gémissant comme une petit souris. Tu retires ta main dans un mouvement peut être un peu trop brusque.

    "Taisez-vous ! Ma tête ..."


    Quoi sa tête ? Il s'est aussi cogner la tête ? Il continue à se tordre dans touts les sens. Tu te rapproche doucement de sa tête, regarde dans ses cheveux rouges si il n' y aurais pas une autre blessure . Mais non rien, aucune blessure dans ses cheveux en bataille pas la moindre égratignure. Tu t' assois a ses cotés. Il a arrêté de gémir il et désormais affalé sur le sol le souffle court. Ses yeux sont rivés sur toi comme perdus dans le vide. On aurait dit un fou ! Tu as comme l'impression qu'il attend quelque chose... Ce qu'il attend c'est ton nom. Tu n'a qu'un mot, a dire un tout petit mot. Juste Taohline.

    « Taohline, comment tu t'est fait ça  ? »

    Tu change de sujet au plus vite. Tu ne lui révèlera rien de plus de ton identité...
    avatar
    Blaze
    Co-fondatrice et codeuse Balty
    Co-fondatrice et codeuse Balty

    Messages : 16
    Date d'inscription : 24/02/2017
    Age : 14
    Localisation : Pas là ~~

    Re: "You have to fight through some bad days to earn the best days of your life." [Taholine-Blaze]

    Message par Blaze le Mer 29 Mar - 12:33

    Tu continues de geindre et de bouger en tout sens. La douleur atroce et lancinante dans ta tête, provenant des voix déchirantes te rend fou. Tu tentes de te retenir, d'essayer de ne pas te tordre sous le coup de la souffrance, mais tu ne peux rien faire pour arrêter. C'est dans ta tête que tout se passe, apparemment, ta schizophrénie te surpasse de loin. La jeune fille se rapproche avec douceur de toi, pour regarder dans tes cheveux rouge une quelconque trace de blessure. Mais tu sais toi même que ce n'est pas une blessure physique, mais une psychologique. Elle ne trouve probablement rien car elle s'assied à tes côtés sans chercher à en savoir plus. Tout d'un coup, ta vue se brouille à nouveau, arrêtant net tes gémissements, et te fait t'affaler au sol. Tes yeux sont vaguement posés sur la jeune femme, cette étudiante qui t'intrigue vraiment. Le souffle court, tu songes soudain à quelque chose. Tu dois lui faire peur, elle doit te prendre pour un fou tout droit sorti de l'asile. Pourtant, un fou n'aurait pas cette patience d'attendre comme toi. Tu attends que la jeune fille te dise quelque chose, qu'elle te dise son nom, et d'autre chose sur elle. Tu as une soudaine impression qu'elle n'en veut rien dévoiler. Tel sera son choix, même si il te faut éprouver de la peine. C'est vrai, elle arrive, et te soigne tout avec tendresse. Tu espères pouvoir faire quelque chose pour elle, comme elle t'a fait. Sans elle, tu resterais probablement ici, et tu te ferais enfermé jusqu'au lendemain, un triste et cruel sort me diriez vous. Soudain, la jeune fille commence à parler :

    « Taohline, comment tu t'es fait ça  ? »

    Taohline ... Quel beau nom. Un frisson te parcourt la colonne vertébrale, pendant que tes yeux pénètrent toujours plus loin dans les siens. Tu n'as jamais été pris d'un tel sentiment. Il te procure du bien, et en même temps te torture l'esprit. Pourquoi a-t-elle l'air si gênée de te dévoiler son nom ? Tu as une terrible envie de lui dire qui t'a fait ça, depuis quand, de te confier à elle, de vider ton sac. Mais tu ne lui diras qu'à une condition. Un secret contre un secret. Tu lui dis, elle te dit. C'est un bon marché, extrêmement efficace. L'eau terreuse commence à faire son effet, elle hydrate correctement ton esprit, tout en te procurant un soulagement intense. Tu mordilles ta lèvre inférieure, puis tu lui déclares, non pas sans un sourire narquois en coin :

    "Taohline ... C'est un beau nom. Moi c'est Blaze, Kelehst Blaze. Tu es en même année que moi non ? Tu es nouvelle, je t'ai jamais vue dans le coin ? Oh excuse moi avec toutes mes questions ... J'en oublie de répondre à la tienne."

    Oui, tu as réellement envie de la bombarder de demande pour en savoir plus sur son identité. Taohline t'intrigue, tout en elle paraît comme copier à la perfection un Callymèdien. Tu fronces les sourcils à cette pensée. En même temps, si elle te cache quelque chose, c'est bien normal, tu ne la connais que depuis quelques minutes. Tu continues à lui parler, avec plus d'assurance :

    "C'est pas que je veux pas répondre. Mais je l'ai jamais dit à personne. Je te dis un secret, tu me dis un des tiens, ça te va ? Je ... Je vais commencer."

    Tu n'attends pas un signe de tête de Taohline, ou même tu ne la regardais pas quand elle t'en faisait un. Que vas-tu lui dire ? Juste que tu te fais harceler matin et soir, et qu'à l'instant, tu t'étais juste fait tabasser par un mec trois fois plus baraqué que toi ? Trop banal. Tandis que tu réfléchis à ce que tu vas lui dire, tout se mélange dans ta tête à une vitesse hors du commun, et tout semble brouillé et mal disposé. Tu réfléchis, puis prends une grande inspiration avant de déclarer à voix basse, comme si certaines mesquines personnes pourraient entendre :

    "J'en suis à un stade, où j'ai l'impression que ma vie ne tient qu'à un simple fil, fragile et faible. On me désigne ainsi, et on me le fait clairement savoir. Je ne suis pas tombé pour m'être fait ça, je me suis juste fait frapper, comme toujours en même temps. Et je dois avouer que les coups de la dite personne qui m'a fait ça n'étaient pas faiblards. Si tu veux plus de précisions, tu sais quoi me dire, je veux savoir plus de ton identité."

    Tu hausses les épaules, et lui adresses un de tes rares sourires, enfantin. Tu n'attends qu'un seul dialogue de sa part.
    avatar
    Taohline

    Messages : 6
    Date d'inscription : 07/03/2017
    Age : 14
    Localisation : Peut être ici, peut être là ...

    Re: "You have to fight through some bad days to earn the best days of your life." [Taholine-Blaze]

    Message par Taohline le Jeu 6 Avr - 19:34

    Son regard rouge est plongé dans le tien. Tu as l'impression que tu en dit trop... Ton nom c'est ton identité le choix de tes parents, tout le monde te reconnais a ton nom. Mais personne ne te connais ton père biologique cachais ton existence a son propre peuple. Aucun Callymèdien ne le connais enfin tu l’espère. Tu analyses le garçon, il a l'aire d' allé un peux mieux en même temps on pouvais pas faire pire... Un petit sourire narquois sur les lèvres il te dit :

    "Taohline ... C'est un beau nom. Moi c'est Blaze, Kelehst Blaze. Tu es en même année que moi non ? Tu es nouvelle, je t'ai jamais vue dans le coin ? Oh excuse moi avec toutes mes questions ... J'en oublie de répondre à la tienne."
     
    Tu déteste les questions. Il te regarde bizarrement tu ne sais pas trop se qu'il veux faire passé dans se regard. Tu n'a jamais être très doué pour les contacte sociale. Avoir passée dix ans de ta vie dans un château avec uniquement pour compagnie ton père, ta mère et quelque servants ne t' a jamais beaucoup aidé. Avec un petit peu plus d'assurance il continue :

    "C'est pas que je veux pas répondre. Mais je l'ai jamais dit à personne. Je te dis un secret, tu me dis un des tiens, ça te va ? Je ... Je vais commencer."

    Comment tu avais oublier cette vieille tradition Callymèdine? Un secret contre un secret. Pourquoi tout le monde veut toujours connaître la vie priver des gens ? La première et la derrière foi que tu l'a utilisé c’était avec Nasimira ta mère adoptive sont secret avait étais tout simplement qu'elle avait  en réalité des cheveux blancs sous sa teinture violette. Toi tu lui avait dit qu'avent de vivre comme une enfant des villes tu loger dans la foret mystique. Ce n’était pas vraiment un secret. Mais avent que tu es pu l'en empêché Blaze commença :

    "J'en suis à un stade, où j'ai l'impression que ma vie ne tient qu'à un simple fil, fragile et faible. On me désigne ainsi, et on me le fait clairement savoir. Je ne suis pas tombé pour m'être fait ça, je me suis juste fait frapper, comme toujours en même temps. Et je dois avouer que les coups de la dite personne qui m'a fait ça n'étaient pas faiblards. Si tu veux plus de précisions, tu sais quoi me dire, je veux savoir plus de ton identité."  

    Il leve les épaules et t'adresse un petit sourire. Que lui répondre ? Tu ne sait vraiment pas. Nu ne vas tout de même pas lui répondre : Coucou voilà enfaîte je suis une terrienne la fille du roi même et puis sur un coup de tête je suis partie de chez moi pour venir ici clandestinement allé salut ! Nom c'est pas possible hors de question. Tu regarde ta montre a nouveau dix-sept heure trente-sept plus que trois minutes avent que vous vous retrouviez enfermé dans le bâtiment. Tu l'aide a se relevé. Puis vous passé les grilles de l'établissement cote a cote. Il a l'aire un peu intrigué. Une fois dans la rue tu te lance anxieusement :

    -Je je viens de la terre. Enfaîte je me suis échappé de chez moi il y environ trois an pour vivre ici. Je déteste ce que faisais subir le roi au peuple de Callmède  J'ai longtemps vécu dans la rue avent d'être adopté par des Callmèdiens. Mais ne dit sa personne si non je devrais quitté cette endroit.

    Un long silence s'en suive aucun de vous deux ne dire plus un mot. Vous vous étier arrêté de marché. Face a face vous vous regardiez dans les yeux. Que t'avais t'il pris de lui dire ça ? Tu n'aurait pas pu lui dire autre chose ? Un malaise aussi long que ce silence s’installa, mais tu fut la première a brisé la glace :

    -Tu albite où ? Je vais te raccompagné. Au cas ou...

    Contenu sponsorisé

    Re: "You have to fight through some bad days to earn the best days of your life." [Taholine-Blaze]

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 20 Aoû - 9:55